Accueil » Formation » Continuité pédagogique à l’AGAFOR

Continuité pédagogique à l’AGAFOR

Par socialmedia45

AGAFOR: la continuité pédagogique à distance

Le centre de formation AGAFOR s’est mobilisé pour assurer la continuité pédagogique des formations commencées avant la période de confinement et accueille même de nouveaux apprenants dans des formations totalement à distance: c’est notamment le cas, pour les VISAS Libres Savoirs.

Cela fait maintenant un mois que l’AGAFOR a fermé ses portes au public pour suivre les précautions d’usage afin d’éviter la pandémie. C’est le cœur serré que, dès le vendredi 13 mars, nous disions “au revoir” à nos stagiaires, sans savoir quand nous allions les revoir. il fallait suivre les préconisations annoncées par le Gouvernement et la Région Centre-Val de Loire pour préserver, à la fois notre outil de travail, nos stagiaires et nous-même de la contagion et de la pandémie annoncée.

Nous avions pris soin, au préalable de sensibiliser et de motiver les apprenants à la poursuite de leur parcours de formation en distanciel, et la plupart d’entre eux se sont portés volontaires.

Mais le lundi suivant, nous étions de retour au centre de formation AGAFOR, à pied d’oeuvre pour organiser la continuité pédagogique pendant le confinement. Le passage au numérique il y a environ 10 ans, avec la modularisation de nos parcours, leur éditorialisation avec le logiciel auteur Scenari (Opale) et la mise en ligne sur le LMS Syfadis nous garantissait déjà de pouvoir proposer rapidement des ressources pédagogiques à nos apprenants – demandeurs d’emploi et salariés financés dans le cadre de leur CPF – sans interruption de parcours de formation.

Quel dispositif, pour la continuité pédagogique 100% à distance?

Cependant, depuis quelque temps déjà, on a pu vérifier les limites des LMS, et la plateforme d’apprentissage ne fait pas tout. En effet, comment tutorer à distance? Comment motiver et guider les apprenants dans leurs apprentissages, faire des feed-backs? Comment accompagner techniquement la prise en mains, l’utilisation des outils? Et d’ailleurs quels outils utiliser pour notre projet, tout en sachant que l’outil n’est pas tout, que l’essentiel reste quand même l’humain.

Avec tout ce questionnement à l’esprit, nous avons rapidement opté pour un dispositif assez simple, somme toute. Ce serait le LMS Syfadis pour les parcours de formation qui étaient déjà prêts, et auxquels nos apprenants en cours de parcours étaient déjà habitués. Il y aurait un second outil – Discord – à l’origine utilisé par les gamers, pour gérer les réunions d’équipe, garder le contact et échanger entre formateurs. Et nous avons aussi pensé à Cisco Webex Meetings ou Zoom pour proposer des classes virtuelles, des conférences en ligne.

Enfin, il nous semblait primordial de permettre aux apprenants de garder un contact social entre eux pour tenir psychologiquement, anticipant ainsi la période de confinement et sa kyrielle de problématiques. Nous avons eu l’idée de créer un groupe Facebook fermé pour proposer aux stagiaires actuels, passés et futurs d’exprimer leur vécu, et pouvoir leur fournir un soutien, des informations, des ressources pédagogiques supplémentaires. Nous avons par la suite invité également les partenaires à intégrer la communauté.

La mise en oeuvre de la continuité pédagogique

Dès le mardi 17 avril, toute l’équipe de l’AGAFOR était à l’oeuvre en ligne pour préserver la continuité pédagogique de nos apprenants: Direction, pôle administratif, formateurs pour effectuer les contacts téléphoniques, un emailing personnalisé, un accueil en ligne et des classes virtuelles, le suivi pédagogique, administratif et financier, le contact avec les partenaires, la modération du groupe Facebook et la communication sur les autres réseaux sociaux.

La mise en oeuvre n’a pas été simple d’emblée pour l’équipe, car il a fallu s’habituer à une nouvelle organisation en télétravail, trouver un espace de travail propice, faire cohabiter vie professionnelle et vie privée dans le même lieu. Elle n’a pas été plus simple pour les apprenants, dont beaucoup ne possèdent pas les outils technologiques requis pour la formation en ligne. Le quotidien des stagiaires  et des formateurs  n’est pas évident, lorsque le travail 100% à distance n’est pas encore ancré dans les habitudes. Il faut créer des rituels (réunions d’équipe, rendez-vous en ligne fixes avec les apprenants, échéances pour les travaux à réaliser, bilan de semaine en ligne), créer une communauté d’apprentissage, animer des classes virtuelles, motiver, tutorer, faire le suivi des dossiers.

Une pléthore de propositions de formations gratuites

De nombreuses propositions de classes virtuelles fleurissent sur la Toile, proposées par des services publics ou payants. C’est le cas notamment de l’équipe de professionnalisation du Réseau Libres Savoirs/région Centre-Val de Loire qui accompagne les centres de formation de notre région. Nous en profitons pour les suivre ( Saba Meetings région Centre-Val de Loire, webinaires Dockenstock, Klaxoon, formations à distance FFFOD…)

De la difficulté du télétravail et de l’apprentissage à distance

Malgré tous ces aléas, nous avons essayé de trouver les solutions possibles dans l’urgence, adaptées à chaque situation : utilisation de smartphones, envoi de matériel pédagogique sur papier par la poste, pour les personnes qui ne possédaient pas d’ordinateur, suivi téléphonique et accompagnement des parcours sur la plateforme Syfadis, sur Discord ou Cisco Webex Meetings pour ceux qui disposaient d’un accès à internet et d’un appareil technologique (smartphone, tablette, PC.)

Mais bon nombre de formateurs ou de professeurs se sont retrouvés démunis face à la nécessité de mettre en place la continuité pédagogique pendant le confinement et en témoignent abondamment dans les réseaux sociaux.

Ainsi, on s’aperçoit que le télétravail subi  peut être source de mal-être physique et moral au travail (manque d’espace, manque d’ergonomie du poste de travail improvisé, sentiment d’invasion de l’espace personnel, stress dû à la nouvelle organisation. La situation accentue également les inégalités sociales chez les apprenants et la fracture numérique s’amplifie.

“Déconfiner” le savoir

Cependant, dans cette situation difficile pour tous, ont surgi aussi des lueurs d’espoir: la solidarité mise en place pour l’entraide entre professeurs et formateurs, l’élan collaboratif du partage et la mise à disposition de ressources pédagogiques et d’outils gratuits met en perspective la possibilité d’un monde nouveau, “une société de la connaissance et de la reconnaissance”, en mobilisant l’intelligence collective pour créer des communautés apprenantes.

Une telle idée ne sera pas une utopie, si l’on “démocratise le savoir” en le mettant à disposition de tous, en “réinventant la vulgarisation scientifique”.

Le centre de formation AGAFOR est donc mobilisé pendant le confinement pour accompagner ses apprenants actuels, mais également les salariés impactés par le chômage partiel et les demandeurs d’emploi dirigés par Pôle Emploi auprès de nos services.

Ainsi, nous mettons également à jour nos fichiers afin de reprendre contact avec nos anciens stagiaires et de leur proposer un parcours à distance. Nous leur faisons  profiter de cette façon, de notre nouvelle expérience sur l’utilisation des outils à distance tels que Webex Meetings et Discord et la communauté du groupe Facebook, en plus de la mise en ligne de nos ressources pédagogiques dans un parcours personnalisé attribué à chacun selon ses besoins.

Sources

Outils pour créer une communauté apprenante

 

 

 

Prédents articles

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Notre site internet utilise des cookies. Ils nous permettent de personnaliser le contenu et d'optimiser votre navigation, d'offir des fonctionnalités relatives aux medias sociaux et d'analyser notre traffic. Accepter En savoir+